Le Snake Club
Le Kung Fu Wu Shu
Notre Ecole
Démonstrations / Photos
Actualités
Wu Shu et Amitiés

 

 

PRESENTATION CHANG QUAN NAN QUAN ARMES COMBAT
 
  • Cliquez pour agrandir « Kung Fu », est le terme vulgarisé par les occidentaux, au cinéma, pour identifier les films avec Bruce Lee, Jet Li et Jackie Chan ...parmi tant d'autres.

  • Mais en soi, en Chinois, il ne signifie pas grand-chose, employé seul, si ce n'est l'idée de « maîtrise ».

  • « Wu Shu », terme signifiant « Art martial », suffit à désigner le type de pratique martial pour les Chinois, qu'il soit de nature interne (« neijia ») ou externe (« waijia »). Afin d'éviter toute mauvaise interprétation, on parle donc de kung fu wu shu de manière internationale. Cliquez pour agrandir

  • Le kung fu wu shu est le plus ancien art martial asiatique répertorié. Ses origines remontent à plus de 2000 ans : ce grand mouvement spirituel et martial est parti du monastère de Shaolin (« La petite forêt »).

  • Le savoir accumulé au fil des siècles par les moines guerriers, fut tel, qu' il devint une véritable puissance enviée ou crainte par les différents seigneurs et empereurs qui se succédèrent... ce qui fit alterner des périodes fastes et des périodes de destructions au temple de Shaolin.

  • Seule constante perpétuée, durant tous ces siècles ...la philosophie du wu shu.

  • Idéalement, le pratiquant de wu shu doit veiller au dépassement de soi, à la droiture de sa conduite et à l'humilité.

  • L'esprit chevaleresque doit guider, selon les chinois, le pratiquant averti !

  • Le wu shu est véritablement un art martial à part entière :

  • La transmission de cet art s'est effectuée au fil des millénaires par le biais des Tao lu (enchaînements techniques) chargés de représenter des combats imaginaires.

  • Plus de 2000 ans d'histoire ont permis aux maîtres chinois d'observer les techniques de combat des animaux ( tigre,mante religieuse,aigle,grue,singe etc...) et d'étudier tous les cas de figures de combat en général. La situation géographique de ces pratiques a fait émerger deux grands styles génériques :

  • Cliquez pour agrandir le CHANG QUAN (Style du Nord) s'illustre par des postures extrêmes. On passe de positions très hautes à très basses en une fraction de seconde. Ce style se caractérise également par son approche très aérienne, par l'emploi de nombreux sauts.

  • Toute cette stratégie est la conséquence d'une pratique en terrain sec et stable.

    Cliquez pour agrandir

  • le NAN QUAN (Style du Sud) s'illustre par la puissance de ses postures et ses attaques foudroyantes, venant principalement des bras. Les jambes sont principalement employées en tant que racines, pour compenser un sol souvent hasardeux tel que dans les marais et les rizières.

    Cliquez pour agrandir
  • Dans chacune de ces deux grandes familles, on retrouve un large emploi des armes, telles que le bâton, le sabre, l'épée, la lance, la hallebarde, l'éventail, le fouet à neuf sections... entres autres... et dans chaque famille d'armes et de formes à mains nues, on dispose de très nombreux tao lu !

  • Bref, le wu shu constitue un vaste paysage où l'on peut passionnément voyager.

  • Le Wu Shu a su conserver son histoire, via des styles traditionnels issus des écoles telles que Shaolin : cependant, n'étant pas qu'un art martial « fossile vivant », le wu shu n'a de cesse de chercher de nouvelles voies de pratiques par la mise en place d'un style moderne. Ce dernier a été principalement développé pour la compétition, afin de pousser le pratiquant dans les limites de ses possibilités : il est actuellement le plus difficile par son rythme imposé et ses nombreuses acrobaties, à mains nues ou avec armes.

    Cliquez pour agrandir
  • Mais dans tout art martial, la finalité, c'est le combat et donc la mise en pratique de la théorie des tao lu.

  • Pour cela, la Chine a développé deux styles de combat :-Le QING DA, destiné aux nouveaux pratiquants au niveau national/fédéral, préserve l'intégrité physique des combattants tout en étant très sportif. Les coups de poings au corps sont autorisés mais interdits au visage. En revanche, les différentes techniques de coup de pieds sont employées. Enfin, on retrouve un large panel de projections et de sauts pour étoffer les possibilités stratégiques de combat.

  • Dans tous les cas, la puissance des coups délivrée doit correpondre à 10% de la puissance des combattants, afin d'assurer la sécurité dans le combat.

  • Le SANDA, destinés aux compétiteurs aguerris est représenté au niveau national et international.

  • Le combattant doit maîtriser, pour cela, toutes les techniques de poing y compris au visage, toutes les techniques de jambes et toutes les projections.

  • En outre, les combattants ne sont pas restreints quant à la puissance des coups attribués. Ce type de combat est évidemment violent, mais toujours respectueux de son adversaire.

SNAKE CLUB - kungfu@snakeclub.net - snakeclub.net - © 2007 - Réalisation : Olivier Maréchal / aillas.net